11.05
2017 Bons plans et conseils

Développer de nouvelles aptitudes, améliorer ses capacités d’endurance, et surtout, se ressourcer en donnant du sens à ce que l’on fait, simplement, avec plaisir et envie : voici l’essence même du trail.
Si vous débutez sur les sentiers et chemins de montagne, prenez le temps de lire les quelques lignes qui suivent : vous vous lancerez dans le trail pour ne plus le quitter ensuite !

0 commentaires
0 votes
PUBLICITE

Au-delà du bien être que les activités sportives apportent, le trail running, rattaché à nos besoins d’évasion et de liberté, a le vent en poupe. Retour au vert, au temps pour soi et à la contemplation, si courir pour un chrono ne suffit plus, toutes les raisons sont bonnes pour s’y mettre !
Mais attention, pour que le trail rime avec plaisir, mieux vaut débuter avec quelques bons conseils. En voici 5 pour se lancer sans craintes, à la découverte de nouvelles sensations…

 
1. Se donner du temps et ne pas voir trop grand
Si les images de traileurs autour du Mont Blanc peuvent faire rêver, atteindre ce niveau demande plusieurs années de pratique. Lorsque vous débutez, planifiez des sorties d’une heure sur des terrains vallonnés et non accidentés pour travailler les différents appuis et groupes musculaires de manière progressive. Puis allongez vos sorties, en incluant des portions de marche active pour travailler l’endurance fondamentale qui est la base de l’activité. Sachez en effet que pendant une course, les coureurs marchent la moitié du temps pour mieux gérer leur effort.
 
2. Penser à sa préparation musculaire
Le trail inclut des parcours aux dénivelés importants et aux parcours accidentés. L’entrainement est donc très différent que sur la route : plus grande sollicitation des quadriceps, mollets et articulations de la cheville, appui sur l’avant sur pied et non sur le talon. Que ce soit pour des trails courts comme pour des trails longs, mieux vaut bichonner sa préparation musculaire avec du travail de côte sur des marches d’escaliers, de la musculation, mais aussi des entrainements croisés : faire du vélo, du ski, de la randonnée, de la course d’orientation… Cela permet d’habituer son corps à alterner les efforts, à gagner en puissance et flexibilité, à limiter les impacts au sol et à progresser en se « faisant moins mal ».
 
3. Bien s’équiper
Courir en pleine nature c’est s’adapter à un environnement en perpétuel changement : montées et descentes, terrains secs, glissants, rocailleux, sans parler de la météo…
La priorité est de choisir des chaussures adaptées aux terrains variés. Plus rigides pour un meilleur maintien, plus résistantes grâce aux renforts, elles sont légèrement plus lourdes que celles pour la route et se dotent de crampons plus performants pour accrocher sur des sols glissants et boueux. Pour bien choisir votre paire, suivez le guide ici >>
De même, un porte gourde, une barre de céréale et un coupe vent sont une base que l’on complètera ensuite avec des bâtons et un sac d’hydratation équipé de gourde ou poche à eau et de compartiments élastiques pour ranger couverture de survie, nourriture et vêtements techniques.
 
 
4. Respecter l’espace naturel
Une envie de se retrouver au calme, de savourer les beautés des espaces naturels ? Oui mais sans oublier que cet espace est partagé avec VTTistes, randonneurs, et animaux locaux. Alors respectez l’environnement, les clôtures et les consignes de sécurité. N’hésitez pas à vous renseigner auprès des structures touristiques et de tester les parcours proposés par « les stations de trail », présentes sur plusieurs massifs.
 
5. Etre à l’écoute de son corps
Le dernier conseil et surement le plus important. Courir en montagne est exigeant, les conditions météo et les sorties assez longues, parfois en altitude, parfois sous la pluie et le vent, sont grisantes et aident à développer des qualités mentales indispensables pour persévérer. Mais il faut aussi penser à se reposer et à écouter les signes de lassitude et de fatigue que nous dictent notre corps et notre esprit. Ressentir, s’écouter, sont des qualités indispensables pour que courir reste toujours un plaisir.
 
 
Article rédigé en partenariat avec Widermag
Crédit photo : Lucas Stanus / Morzine
 
0 commentaires
0 votes

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et recevez nos newsletters