18.09
2012 Style

Architecte d’intérieur japonaise, Sachiko Altaba-Yamamura connaissait bien l’œuvre de Charlotte Perriand. Une passion renforcée par l’acquisition récente d’un appartement conceptualisé par la grande architecte française aux Arcs 1600, station où elle a activement collaboré à l’édification de plusieurs résidences.

PUBLICITE

Charlotte Perriand avait pour leitmotiv la sobriété et c’est sans doute aux Arcs, dans ces intérieurs minimalistes, qu’elle a démontré qu’on pouvait circuler librement en libérant l’espace. C’est ainsi qu’elle proposera le comptoir séparant la cuisine et le salon, le tabouret-coffre ou encore le matelas repliable en banquette.

Pourquoi avoir investi dans cet appartement stylé Perriand plutôt que dans un bien moderne ?

Notre intérêt pour Charlotte Perriand ne date pas d'hier… Etant moi-même architecte d'intérieur et de nationalité japonaise, j'ai très tôt été fascinée par cette personnalité qui avait un lien très fort avec le Japon. Après avoir approché l'oeuvre de Charlotte Perriand à l'occasion de séjours de sports d'hiver dans la station des Arcs, nous sommes finalement tombés un peu par hasard sur un studio dans la résidence de « La Cascade » ayant subi peu de transformations. Depuis cette rencontre magique, nous n'avons pu le quitter et avons rapidement décidé avec mon mari et une amie de l'acquérir afin de préserver cet incroyable cachet. Pour cela, une SCI a été créée au nom de Dentô-Sôzô (tradition et création en japonais) et qui rappelle le titre de l'ouvrage co-écrit par Charlotte Perriand et Junzo Itakura en 1941.

Cette décision a été d'autant plus facile et rapide à prendre que l'agence immobilière nous avait indiqué qu'une autre personne désirait l'acquérir pour le transformer et le rendre plus "pratique"! Il ne s'agit donc pas à proprement parler d'un "investissement" à nos yeux, plutôt l'occasion de partager une expérience architecturale unique avec d'éventuels amateurs.

Vous le commercialisez à la location, est-ce que le fait d'être signalé comme un appartement Perriand apporte quelque chose en plus ?

Ce n'est pas tant le label " Charlotte Perriand " qui nous importait dans cette aventure, mais plutôt la beauté intrinsèque du lieu et le confort de cet espace fruit d'une véritable réflexion sur l'art de vivre. Les  personnes ayant séjourné dans cet appartement ont a notre grande satisfaction ressenti ce "plus" sans même parfois connaître Charlotte Perriand.

Combien de temps avez-vous pris pour la rénovation et rendre l'appartement comme il a été vendu il y a plus de 30 ans ?

L'infrastructure était globalement bien préservée et nous n'avons eu que quelques travaux mineurs de remise en état à effectuer (mise aux normes de l'installation électrique, plomberie etc..). A l'aide d'oeuvres publiées et de discussions avec des personnes de la station ayant connu le projet à ses débuts nous avons rénové le caillebotis intérieur en utilisant le vernis d'origine et disposé les meubles selon le plan initial. Le tout nous a pris environ six mois.

Où avez-vous retrouvé les pièces Perriand ?

L'essentiel du  mobilier Charlotte Perriand ayant été vendu avec les murs -et souvent solidaires de ceux-ci tels que les armoires, appliques ou meubles de la salles de bain- nous n'avons eu à nous concentrer que sur la table et les chaises.

La table en émail blanc montée sur vérin a été chinée sur internet et ramenée de Paris à son pays natal. Toutes les chaises et autres tabourets nous ont été cédés par le galeriste David Magnien, collectionneur de la région qui partage notre passion pour Charlotte Perriand. Nos efforts pour retrouver la vaisselle d'origine ainsi que les pièces pour réparer le lave-vaisselle Baucknecht n'ont pour le moment pas été fructueux... mais la recherche continue. Des banquettes-lits d'aspect similaire à celles qui étaient installées au départ ont été achetées dans un magasin de la région.

Pensez-vous en « reconstituer » d'autres ?

Nous souhaitons surtout sensibiliser d'autres personnes à la disparition ou à la vente sauvage d'éléments Charlotte Perriand des Arcs afin de faire naître d'autres vocations et projets de rachats d'appartements avant qu'il ne soit trop tard...

Par C.B. / Free Presse

Nous tenons a remercier David Magnien et Jean Marie Chevronet pour leur active contribution à ce projet.

2 commentaires
1 vote

Réservez vos vacances

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et recevez nos newsletters