Non, je ne vous parlerais pas ici de ces anonymes artistes qui, du fond des âges les ayant vu naître, se sont usés le silex à graver leurs textos rupestres, car nous ne sommes pas allés assez haut pour pouvoir contempler ces célèbres œuvres sur pierre de nos ancêtres les taggeurs ; il nous a suffit d'une marche facile avec les enfants pour trouver notre bonheur montagnard dans le vallon verdoyant de la Minière, entre torrents rieurs, alpages fertiles, forêts débonnaires et rochers se trempant le bout du caillou dans l'onde claire. Et malgré les imposantes cohortes de visiteurs (trop souvent motorisés) qui s'échinent à longueur de belle saison à tenter de percer les secrets des messages gravés, ceux-ci demeurent à ce jour encore inviolés. Je parie quant à moi sur une utilisation très prosaïque de ce mode d'écriture par ces lointains cousins, dont les préoccupations premières ne devaient pas tellement différer des nôtres : "Dédé aime Fanfan", "Monte sur le Bégo et oublie pas de ramener du feu, on se gèle dans la grotte ! ". Si de tels artistes vivaient encore de nos jours, sans doute se fendraient-ils d'un message inspiré par le comportement peu respectueux de leurs descendants sacrilèges : "Veuillez laisser cet endroit aussi propre que vous l'avez trouvé en arrivant." On peut toujours rêver...

Informations complémentaires

Durée :
1
Dénivelé :
400m
Ce n'est pas parce qu'on annonce des Merveilles en haut qu'il n'y en a pas en bas !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et recevez nos newsletters