02.02
2012 Bons plans et conseils

Plus de la moitié des sites de ski de fond arbore le label Nordic France, qui garantit la qualité de l’offre nordique. Thierry Gamot, directeur de Nordic France, nous présente ce label et le replace dans le contexte actuel du ski de fond.

PUBLICITE

Pouvez-vous nous présenter le label Nordic France ?

Thierry Gamot :Ce label a pour but d’améliorer le niveau de l’offre nordique dans tous les massifs français. Il comporte quatre grandes familles de critères : la qualité des pistes de ski de fond, la diversité des activités nordiques (raquettes, chiens de traîneau…), la qualité des services dans la station (parking, WC, salle hors-sac…) et enfin l’attention portée au développement durable (co-voiturage, navettes, tri des déchets…). En fonction de tous ces critères, les stations peuvent obtenir de 1 à 5 sapins. Un peu comme les étoiles d’un hôtel ou les épis d’un gîte. Le label est décerné pour trois ans, donc il faut continuer  à faire des efforts pour le conserver, ou pour obtenir un sapin de plus.

Le grand public ne connaît pas vraiment ce label ?

T. G. :Normal, ce n’est pas un outil de promotion ni de communication. Pourtant, il pousse chaque station à s’améliorer, ce qui attire forcément des clients de façon indirecte. Cela crée une dynamique positive. C’est une démarche comparable aux certifications Iso 14001 et Iso 9001, dans les domaines de l’environnement et de la qualité.

Depuis quand existe ce label ?

T. G. : Il a été créé pour l’hiver 2005-2006. Nous avons commencé à le faire connaître aux stations en 2006-2007, un hiver très peu enneigé. Donc il n’a vraiment démarré qu’en 2007-2008. Cette année, nous avons simplifié les critères, et nous avons donné plus de poids au développement durable.

Aujourd’hui, 87 sites sur 195 sont labellisés, donc plus de la moitié. Et nous comptons bien augmenter ce chiffre…

Par qui est-il décerné ?

T. G. : Nous n’avons pas assez d’argent pour faire appel à un cabinet indépendant. Nous avons nos propres experts en interne (des directeurs de station, par exemple). Pour garantir leur objectivité, ceux des Pyrénées vont dans les Alpes, ceux du Jura dans les Vosges… Les professionnels d’un massif ne sont jamais leur propre juge. Cela permet de créer un réseau, de voir ce qui se passe ailleurs, et de mutualiser les bonnes idées.

Comment se porte le ski de fond aujourd’hui ?

T. G. : Aujourd’hui, le ski nordique va mieux, même s’il souffre des aléas de l’enneigement, puisque les stations sont situées pour la plupart en moyenne montagne.

Fondamentalement, le nordique correspond à une grande tendance sociétale d’aujourd’hui. D’une part par ses prix raisonnables, appréciables en temps de crise. D’autre part car il répond à un besoin essentiel de ressourcement, de bien-être, de calme, de silence et de nature. Le nordique est dans le mouv’. Ainsi, ce début de saison donne des raisons d’être raisonnablement optimiste. Et le label Nordic France va dans le bon sens pour renforcer cette tendance de fond.

Actumontagne

Photo : Nordique France

0 commentaires
0 votes

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et recevez nos newsletters