19.03
2012 Bons plans et conseils

Il est bien loin le temps où un champion olympique apportait son concours à une campagne télévisée vantant les mérites du port du casque chez les enfants. Aujourd’hui, skier casqué est obligatoire dans les cours ESF. Et les adultes s’y mettent !

PUBLICITE

C’était en 1999, la Commission de sécurité des consommateurs lançait une campagne de publicité en faveur du casque pour les petits skieurs. Moins de 15 ans plus tard, il ne viendrait à l’idée d’aucun parent de « lâcher » leurs poussins sur la neige sans protéger leurs chères petites têtes blondes. Et heureusement ! Les statistiques sont formelles : les lésions de la tête arrivent encore en seconde position des diagnostics. Il n’y a pas photo : pour le ski, tous ou presque portent le casque pour skier ou surfer mais pensez-y aussi pour la luge, qui représente encore, d’après l’Association des médecins de montagne, un « risque d’accident grave persistant ». Question glisse, « Le taux de traumatisme crânien élevé lors des collisions justifie le port du casque quel que soit l’âge », explique-t-on auprès de l’Association, bien placée pour parler. Olivier Begain, directeur de l’école de ski français des Contamines, en Haute-Savoie, s’est « pris une grosse boîte il y a deux ans ». « J’ai tapé la tête par terre, ça m’a fait prendre conscience que nous étions très fragiles à ce niveau-là… 
Il est pourtant facile de se protéger. D’autant que nous avons des habitudes dans ce sens, dans nos autres pratiques : vélo de route, VTT, escalade… Nous devrions tous nous y mettre ! Nos clients suisses, qui viennent passer le week-end chez nous depuis Genève, notamment, portent tous un casque. » Idem en Espagne, où le casque est obligatoire dans de nombreuses stations. Juste à côté, dans les Pyrénées, Marc s’occupe du magasin La chouette qui skie, aux Angles. Il est intransigeant avec le port du casque pour ses enfants, de jeunes adultes très pratiquants. « Quand ils ne l’ont pas, ils se sentent à poil ! Ils ne partent pas sans » sourit-il fièrement. C’est qu’on ne plaisante pas avec l’équipement, quand on tient un magasin de location. « Dans notre équipe, chacun met impérativement un casque, quel que soit son niveau. Adopter ce geste simple évite les petits bobos, comme les complications. » Si Marc offre la prestation pendant les vacances pour « militer » en faveur de la sécurité, une location de casque s’avère abordable : de l’ordre d’une quinzaine d’euros pour la semaine (compter de 35 € à 150 €, à l’achat). « De nos jours, les modèles sont nombreux, les looks branchés, le confort au top. Avec les excellents produits actuels, on ne peut pas dire qu’on n’entend rien avec un casque, ni qu’il donne trop chaud. » On ne voit donc aucune raison de ne pas adopter cette attitude aussi vitale que d’attacher sa ceinture, en voiture. Mais que cela ne vous empêche pas de chercher au maximum à éviter la collision, c’est encore le meilleur moyen de ne pas se blesser : le respect des règles de conduite sur la neige reste la plus efficace des protections.

Par Myriam Cornu

Les 3 Vallées - David André

0 commentaires
7 votes

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et recevez nos newsletters