25.08
2014 Nature et découverte

Au-dessus de Montgenèvre, le sommet du Chenaillet représente une véritable curiosité géologique, où l’on peut observer à ciel ouvert des fonds sous-marins fossiles. Une rando instructive pour laquelle il faut compter de cinq à sept heures de marche, selon que l'on emprunte ou pas les remontées mécaniques (télémix des Chalmettes).
PUBLICITE
Au Chenaillet, on voit à l’air libre ce qu’on pourrait découvrir au fond de l’océan. C’est le seul morceau de fond océanique intact de toutes les Alpes. Des géologues viennent de partout pour le Chenaillet, c’est vraiment un site remarquable”, s’enthousiasme Raymond Cirio, président du Centre briançonnais de géologie alpine (CBGA) qui organise régulièrement des visites guidées du site. “Le Chenaillet a échappé à la collision alpine (plaque africaine contre plaque européenne), il est resté intact. De ce fait, on y retrouve des roches des fonds océaniques actuels, et notamment des basaltes en coussins, c’est-à-dire des laves refroidies sous l’eau, formant des boules. C’est ce qui explique l’aspect étonnant du site”.
 
Un sentier à thème est aménagé pour comprendre ce phénomène géologique, avec sept panneaux d’information et trois plates-formes d’observation. On peut accéder à ce sentier soit par Montgenèvre soit par Cervières. Dans les deux cas, on monte à la cabane des Douaniers et au col des Gondrans, avant de gravir le sommet du Chenaillet (2 650 mètres d’altitude) et de redescendre par le collet vert, où l’on trouve les plus belles laves en coussins. La randonnée représente environ six à sept heures de marche, mais peut être écourtée en empruntant les remontées mécaniques de Montgenèvre (télémix des Chalmettes). Il reste alors environ cinq heures de marche et 600 mètres de dénivelée.
 
Jeanne Palay
 
Photos ©Annie Béné
 
Article paru sur Actumontagne
0 commentaires
2 votes

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et recevez nos newsletters