18.02
2020 Nature et découverte

La montagne trouve ses afficionados aussi bien en haut de cimes que dans la vallée. Véritable source d’inspiration et d’épanouissement, certains ont fait le choix de délaisser leur vie et métier citadins pour se réinventer à la montagne ! Double casquette ou changement radical de profession, voici quelques portraits de ceux qui ont fait le choix des hauteurs et de la nature !

PUBLICITE

Les « transition radicale »

Elodie et Emilie : de juriste et hôtelière à éleveuses de chèvres à Vars (Hautes-Alpes)

Elodie était juriste, Emilie, réceptionniste dans des hôtels de Cannes. Elles n’attendaient qu’une seule chose, les weekends, pour s’échapper dans les montagnes du Mercantour, de l’Ubaye, du Queyras… Emilie a eu un jour un déclic : ne surtout pas subir une vie qui ne lui correspondait pas. Alors, tout remettre en question, mais pour faire quoi ? Une chose était certaine, elle voulait faire sa vie à la montagne, et quitte à tout quitter, autant avoir un métier passionnant ! Leurs nombreuses randonnées les ont amenées à rencontrer des bergers, des fromagers en alpage. L’élevage leur est apparu comme une évidence, un métier complet, palpitant et surtout réalisable à l’année en zone de montagne. Emilie a donc passé un brevet professionnel responsable d’exploitation agricole en apprentissage. Au cours de ses stages, elle se forme au pastoralisme et à la transformation fromagère. Elodie, qui a soutenu ce choix de réorientation, a finalement suivi le même chemin. Elle a donc quitté son emploi de juriste pour travailler et surtout se former à la chèvrerie où était embauchée Emilie. Grâce à ces différentes expériences professionnelles, elle a passé une VAE pour obtenir son diplôme dans le but de s’associer avec Emilie et créer une chèvrerie, qui a ouvert en décembre 2019 à Vars.

Infos : https://www.facebook.com/ChevrerieFontSancte/

Elodie Emilie montagne

Jean-François Cassier : d’ingénieur à musher dans le Sancy (Auvergne)

Auparavant ingénieur chez Danone, c’est grâce à son poste de directeur de l’usine d’eau du Mont Dore que Jean-François Cassier découvre le Sancy et tombe sous le charme. En parallèle du travail de Jean-François, sa femme s’investit dans un projet de ferme pédagogique qu’elle crée en 2000 : La Chèvrerie des Mont Dore. Un véritable tournant dans la vie de ce couple qui se met à produire des fromages de chèvre frais et de la tomme. Les adultes et enfants sont également conviés à découvrir les activités de la ferme et se familiariser avec le métier d’éleveur : prendre soin des bêtes, donner à manger aux chèvres… C’est en 2006 que Jean-François concrétise son rêve de devenir musher ! Finie l’usine, son objectif est de revenir à une vie plus libre et sereine au cœur de la nature. Son diplôme d’état de musher en poche, Jean-François exerce maintenant son activité à temps plein, été comme hiver à la montagne !

Les « double casquette » à la montagne 

Onil Bosco : hôtesse de l’air et accompagnatrice en montagne à Auron (Alpes Maritimes)

Après un séjour en classe verte dans le massif du Mercantour, Onil est tout de suite tombée sous le charme de la montagne et plus particulièrement de cet endroit : la Haute-Tinée. Quelques années plus tard, elle revient s’y installer par passion pour la montagne. Hôtesse de l’air, elle décide de passer le diplôme d’accompagnateur en montagne et mène de front ses deux activités. Investie dans la vie locale, elle crée même un Bureau des Guides dans la Vallée de la Tinée avec ses homologues. Ses voyages, liés à sa première activité, l’amènent à découvrir le yoga, qu’elle intègre dans sa vie quotidienne et ses randonnées avec les clients. Jamais repue, elle suit actuellement une formation pour se perfectionner dans la discipline ! Grâce à ses diverses formations et expériences, Onil propose des randonnées diversifiées, axées sur le bien-être et la découverte en pleine conscience de la montagne.

Infos : http://guidestineemercantour.com/

Onil Bosco montagne

Cassandre : monitrice et œnologue à Val Thorens (Savoie)

Née en Savoie, Cassandre fait du ski à haut niveau jusqu’à 17 ans puis elle part faire ses études à Grenoble puis une formation de sommelière au lycée hôtelier de Tain. Une fois son diplôme en poche, elle reprend le ski pour intégrer la formation de monitrice avec l’ESF et décide de s’établir à Val Thorens. En parallèle, elle monte sa société « Les élixirs de Cassandre » et propose des dégustations à domicile. Le succès est tout de suite au rendez-vous ! Depuis Cassandre mène sa « double-vie » : monitrice de ski la journée, initiation à l’œnologie et dégustation le soir, à domicile, chez les saisonniers ou à l’occasion d’événement. Un bel exemple de conjugaison de deux passions !

0 commentaires
8 votes

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et recevez nos newsletters