27.08
2012 Style

Acquérir un toit en montagne était un rêve de jeunesse des propriétaires. Aussi quand ils ont découvert Montvalezan, ce coteau sud très ensoleillé, ont-ils décidé de s’y installer. Sa situation géographique, au carrefour des plus beaux domaines skiables européens, allait leur permettre, grands amateurs de ski qu’ils sont, de pratiquer en évitant de « tourner en rond » dans la même station. Les domaines des Arcs-La Plagne, La Rosière-La Thuile, Val d’Isère-Tignes et Ste Foy Tarentaise, sont équidistants et à moins de vingt minutes de leur spot sudiste. Restait à trouver le chalet de leur rêve et à le rénover. Il nous raconte ce parcours…

PUBLICITE

« Après quatre ans de recherches, on nous proposa ce chalet de bois et de pierres, ancienne ferme d’alpage dont nous sommes tombés tout de suite amoureux. La situation géographique était parfaite, la vue imprenable, le hameau de trois maisons d'une tranquillité absolue… Pensez donc : l’unique occupante demeurant à l’année, sorte de grand-mère idéale, âgée alors de 84 ans qui, fait exceptionnel, porte la coiffe Savoyarde au quotidien. Les seuls bruits sont le chant des oiseaux et le bruit discret du ruisseau.

Initialement, les murs et la toiture de lauzes étant en très bon état, nous pensions aménager ce lieu de façon relativement simple. Mais, très rapidement, nous avons eu envie d'aller plus loin dans notre démarche, car notre découverte de la montagne en toutes saisons nous donna envie d’y résider plus longtemps. Sans toucher aux façades vieilles de 200 ans comme l’atteste la date inscrite sur la poutre faitière (1802) nous avons décidé de rénover entièrement les lieux pour faire de ce chalet un lieu d’exception que méritait ce site privilégié.

Montvalezan

Deux ans de travaux
Notre volonté était de ne surtout pas succomber au « style chalet » dupliqué  à l’envi dans la région, mais au contraire de créer un concept de luxe montagnard moderne en optant pour un style beaucoup plus contemporain voire design tout en rappelant, par quelques touches, l'art de vivre en montagne. Ce pari était un peu fou car, travaillant sur Paris et voyageant professionnellement dans le monde entier, la restructuration du chalet nous aura pris deux années ; nous nous sommes aperçus très rapidement que nous avions besoin d'une grande réactivité pour pouvoir faire face à tous les problèmes inhérents à ce type de réhabilitation. Par exemple : aucun mur de 90 cm d’épaisseur n’était droit ni facile à percer.

Nous avons donc joué le rôle de maîtres d'œuvres, de coordinateurs de travaux, et nous devons dire qu’après quelques réticences, les artisans se sont pris au jeu.

Le fil rouge de notre démarche a été de privilégier les volumes et de faire en sorte de différencier les espaces, ainsi le rez-de-jardin comporte-t-il son entrée, une vaste chambre, et une salle de bain de même dimension équipée d’un sauna et d’une douche multi-jets. Ainsi que des WC séparés, une buanderie et un dressing.

Montvalezan

Chalet plein sud
Un escalier extérieur accède à la cuisine par un joli balcon où, dès les beaux jours, nous avons plaisir à prendre nos repas. Le cellier, ancienne cave où mûrissait la tomme, est séparé de la cuisine par une porte automatique en verre sablé et se révèle idéale pour la conservation des aliments, nous y avons logé frigidaire et congélateur afin de garder l’homogénéité de l’ameublement de la cuisine entièrement dessinée par Maeva qui adore régaler ses invités par une cuisine inventive issue de ses nombreux voyages.

Une vaste cheminée ouverte sur deux faces et dissimulant un poêle à bois système polyflam pouvant chauffer une grande partie de la maison et se révélant très performant à l’usage sépare la cuisine d’un grand salon-salle à manger de 40 m2 dont l’immense baie vitrée offre une vue sublime sur la haute montagne. Une galerie plein sud est attenante au salon, c’est un espace où nous prenons le café pratiquement toute l’année car les bâtisseurs avaient eu le bon goût de créer de vastes toitures débordantes qui protègent des intempéries.

Le second niveau accessible également par la face nord de la maison, comporte une vaste entrée pour le débotté, des WC séparés, la chambre de maître et sa salle de bain attenante équipée d’un jacuzzi biplace avec écran LCD incorporé et d’une douche hammam de chez Cascade. Cet ensemble chambre salle de bain s’ouvre par un mur vitré coulissant dégageant tout l’espace sur une très grande galerie également abritée et plein sud, sur laquelle nous avons installé des chaises longues et un bain japonnais. Un vaste bureau soupenté et très charmant faisant aussi office de salon vidéo, voir de chambre d’appoint, complète cet étage.

Montvalezan

Vieux bois et esprit cosy
Un escalier intérieur de Roger Talon permet de relier les étages et nous avons prévu qu’il pourrait être remplacé quand nous serons plus âgés par un ascenseur s’inscrivant dans ce volume.

Notre volonté de rendre chaque étage relativement indépendant nous permettra si un jour nous le décidons de dédier le deuxième étage à une « suite d’hôtes » réservée à quelques privilégiés. En effet, Maeva fut il y a quelques années un précurseur des SPA et du bien être sur Paris et Los Angelès. Jean Michel, quant à lui, fut – entre autres - psychologue et hypnothérapeute, spécialisé en thérapies brèves (addictions, phobies et performances des sportifs de haut niveau).

Nous avons particulièrement soigné l’isolation du bâtiment, des doubles vitrages installés sur des huisseries réalisées dans la région, et opté pour un chauffage électrique par le sol ou par le plafond lorsque la première solution n’était pas envisageable (planchers en mélèze). L’éclairage, notre obsession, a fait l’objet de tous nos soins, nous avons eu recours à l’utilisation de variateurs, de minuteries et de détecteurs de mouvements.

Le chalet étant en pleine nature, nous nous sommes contentés d’aménager l’ancienne petite cour de ferme en charmant petit jardin clos où dès le printemps sont mêlées des espèces décoratives pour une floraison permanente des dernières aux premières neiges plus ainsi qu’un petit carré de salades et plantes aromatiques et, gourmandise oblige un carré de fraise mara des bois, sans oublier framboisiers et vignes très prolifiques.

Nous avons fait en sorte que ce jardin s’inscrive dans le décor, qu’il n’y ait pas de rupture avec la nature environnante. Le reste de la propriété a été laissé intacte afin que les agriculteurs locaux continuent à venir y faire les foins.

Montvalezan

0 commentaires
0 votes

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et recevez nos newsletters