15.11
2011 Style

"Je suis payé pour skier ! Je suis sur la neige tous les jours, c'est mon métier. Cela me paraît toujours un peu incroyable, depuis 13 ans que je suis moniteur… J’ai vraiment une chance folle : celle de travailler en montagne."

PUBLICITE

Les flocons vont arriver et, avec eux, le temps pour Fred d'enfiler sa tenue rouge de l'ESF. Télémark, snowboard, ski de fond, ski de randonnée, slalom, sa saison s'enchaîne à un rythme effréné, il enseigne tout, dans toutes les langues. "Euh, n'exagérons rien, je ne travaille qu'en français, en anglais, en italien et en espagnol !" rectifie-t-il. Après un petit tour aux Arcs, en Tarentaise, puis quelques années aux Angles, dans les Pyrénées, le Beaufortain d’origine s'est installé, pour l’hiver, en plein cœur du massif du Mont Blanc avec sa femme, Péruvienne. "J'adore les gens que je rencontre ici, j'apprends à skier à de belles Brésiliennes comme à des papys anglais ou à des pitchounes marseillais. J'essaie de leur transmettre à tous, outre mon savoir-faire technique, une certaine idée de la montagne, une philosophie, des valeurs." Susan, qui travaille dans un hôtel de la station, le regarde préparer son matériel l’œil amusé. "Je stocke mes panoplies dans le local de l'école de ski, au sommet du domaine skiable. Il m'arrive de changer trois ou quatre fois de chaussures dans la journée, j'adore cette variété dans mon métier."

Conseil : le bon plan du pro

"Faites comme moi, touchez à tout. Cet hiver, changez d'air ! Niveau débrouillé ? Essayez un nouveau jouet, le télémark par exemple. Je suis fan du ski de fond, aussi : en poudreuse, ça peut être très fun et, en plus, ça vous donne une caisse pas possible et ça améliore votre technique en ski alpin."

Un snowboard et des bottes, un équipement complet de télémark, des skis de randonnée, des skis de fond et les chaussures qui vont avec, du matériel de ski alpin "confort" pour les cours débutants et des skis alpins typés compétition pour le slalom, ajoutez une radio à cet inventaire à la Prévert et le paquetage est complet. Ou presque. "Je mange tous les jours en haut des pistes, alors je me prépare un thermos chaque matin." Cette journée bien chargée ne se termine pas à la nuit tombée Fred fait partie de l'équipe qui gère le bon fonctionnement de l'enneigeur du jardin d'enfants et de la boucle de ski de fond. "On l'allume le soir puis, pendant la nuit, on vérifie que la glace ne se forme pas trop, on l'éteint au petit matin, bref on le bichonne tout l'hiver." Le lendemain, c'est reparti : journée d'engagement freeride aux Grands Montets ou goûter et danses dans la yourte du club Piou-Piou, quoiqu'il en soit, si vous croisez Fred aux Houches, ce sera sûrement chaussures de ski aux pieds !

Pour légendage ?
Trois fois par semaine, Fred, 32 ans, prend en charge des clients d'un genre un peu différents : les joyeux loustics de la "sportive", un groupe du ski-club qui touche-à-tout. "Les liens qu'on tisse alors sont plus forts, nécessairement, puisqu'on se côtoie au fil d'une saison entière."

crédit textes et photos : Myriam Cornu/Free Presse claude

1 commentaire
0 votes

Réservez vos vacances

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et recevez nos newsletters