15.09
2016 Style

A l’occasion du salon Alpes Home, qui a eu lieu du 29 au 31 juillet à Méribel, nous avons rencontré Damien Tantin, dont la rencontre avec Camille Blanc, sa compagne, a permis de lier sa passion pour l’océan et une touche montagnarde dans ses créations.

PUBLICITE

Bonjour Camille, pouvez-vous nous présenter votre compagnon Damien, son parcours et son travail ?

Damien a 35 ans et est originaire de Charentes Maritimes. Il vit à Toulouse depuis l’âge de 9 ans, est instrumentiste de formation et travaille comme technicien de maintenance en industrie. Attiré dès tout petit par les bateaux, ses oncles étant pêcheurs, il dessine tôt ses premiers bateaux à l’acrylique ou à l’aquarelle et se rêve même un  temps charpentier de Marine. Son parcours de vie l’éloignant un peu du monde de la mer, il continue régulièrement à peindre pour son plaisir et commence à faire de l’abstrait il y a une dizaine d’années, trouvant alors rapidement son style très coloré et très graphique/géométrique. 

En 2009 il me rencontre, moi la montagnarde (!). Je m’installe avec lui àToulouse en 2011 pour exercer mon métier d’urbaniste, et l’emmène de plus en plus souvent en montagne. 

Il me raconte avoir été conçu dans les Alpes et avoir gardé de sa maman défunte un coucou suisse. Seulement celui-ci est introuvable… Lui vient alors l’idée d’en fabriquer un lui-même, mais celui-là sera silencieux ! 

Fort de sa découverte de la découpe au laser dans le FABLAB de Toulouse, et attiré par le bois il décide alors de se lancer. Après quelques recherches graphiques notamment pour concevoir un oiseau poétique et costaud avec mon aide, moi qui adore le papier (l’oiseau est en papier plié et durcit au plastifiant), le premier coucou est né. Ravis des premiers retours positifs, nous commençons à en vendre de petites quantités à nos proches et collègues… En parallèle, animé par les possibilités offertes par la découpe laser, Damien crée ses premiers tableaux en bois, mêlant mer et montagne, puis montagne uniquement, recevant eux aussi un bon accueil.

Pourquoi la Théorie de l’Artichaut ?

Un jour Damien a dessiné un artichaut graphique, son légume préféré. J’ai trouvé l’image parfaite pour représenter son travail, le côté pointu, graphique, l’effeuillage comme les pièces des tableaux … et  on y ajoute la théorie, pour le concept, l’univers de Damien comme un tout…La Théorie de l’Artichaut est née ! Le nom percute et plaît, aller on le garde et on fonce !

Comment la Théorie de l’Artichaut s’est-elle développée, notamment en territoire montagnard ?

Début 2015, nous sommes contactés par Thierry Berguerand du Café comptoir à Vallorcine, qui nous a repérés sur Facebook. En août 2015, nous partons exposer durant un mois dans son restaurant des coucous et des tableaux inspirés de l’univers de la montagne (les premiers tableaux d’animaux ayant été conçus à cette occasion). Les tableaux «  les Drus » sont nés de notre séjour en vallée du Mont Blanc. Forts de cette expérience nous poursuivons depuis l’histoire de l’Artichaut, en tant que micro entrepreneur, tout en continuant l’un et l’autre nos activités professionnelles à plein temps.

Venir dans les Alpes au moins une fois par an est pour nous une vraie source d’inspiration. La découpe laser est désormais au centre de toutes ses créations, ainsi que le bois qu’il ne cesse de connaitre de mieux en mieux… Il propose d’ailleurs ses œuvres sur différents bois et différentes finitions pour s’adapter aux envies des clients. 

Venir dans les Alpes au moins une fois par an est pour nous une vraie source d’inspiration.

Quels autres outils ou technique utilisez-vous ?

Les autres outils utilisés sont simples, du papier, de la colle, de la peinture acrylique au pinceau ou en bombe, du vernis … une scie électrique une défonceuse et le tour est joué ! Nous ne possédons pas de découpeuse laser car trop couteux pour le moment, nous faisons donc découper par un  professionnel. Les modèles sont dessinés à la main puis à l’ordinateur et les assemblages sont entièrement réalisés à la main. Le numérique occupe donc une place très importante dans le travail de Damien car il permet la finesse des découpes, l’adaptation aisée des dimensions des tableaux selon les désidératas des clients, et la proposition de prix est assez abordable car la découpe laser réduit le temps de travail sur chaque pièce. 

Comment se procurer vos créations ?

Nous n’avons ni atelier (tout se fait à la maison dans le garage et sous l’appentis !) ni magasin ni vente en ligne pour le moment. Il faut donc nous contacter par mail ou consulter notre blog pour obtenir un devis et passer commande ou pour connaitre les œuvres disponibles à la vente. Nous envoyons les tableaux et coucous en Europe et on l’espère bientôt dans le monde ! Nous allons créer d’ici début 2017 un site internet qui permettra de proposer : des tableaux réalisés en petites série (skieur, drus, indiens), les coucous et les tableaux montagne, chamois, marmotte, cerf … personnalisables à partir d’un nuancier car la vente en ligne reste pour le moment notre meilleur atout.

Alpes Home 2016 pour lequel nous avons réalisé un crowfunding pour financer le stand, nous a permis de prendre de bons contacts avec des architectes et décorateur d’intérieurs, ainsi qu’avec des magasins alpins. Espérons que les suites nous permettent de pérenniser cette activité qui nous passionne !

Crédits : La théorie de l'Artichaut

0 commentaires
1 vote

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et recevez nos newsletters