13.01
2014 Activités

Entre ski et snowboard, votre cœur balance ? Quels sont les avantages et difficultés de l’apprentissage de ces deux formes de glisses ? Réponses avec deux moniteurs des ESF qui pratiquent et enseignent les deux disciplines.

PUBLICITE

Précisons d’emblée que ski et snowboard ne sont pas exclusifs, bien au contraire. «Ce sont deux engins de glisse complémentaires. Le snowboard, qui demande un équilibre assez fin, peut apporter beaucoup au skieur sur ce point-là. A l’inverse, avoir un passé de skieur est un atout pour apprendre le snowboard, parce qu’on a déjà l’expérience de la glisse, ce qui permet de mieux sentir les choses», affirme Pascal Bohard, directeur adjoint de l’ESF d'Arc 1600.

Commencez plutôt par le ski

Mieux vaut apprendre le ski avant le snowboard, « parce qu’avec des skis, le déplacement est plus naturel. On peut marcher et glisser, alors qu’en snowboard on ne peut que glisser », rappelle Pascal Bohard. « En snowboard, les mouvements sont asymétriques, et donc plus durs à comprendre au départ, notamment pour les enfants. L’équilibre est aussi plus précaire, et du coup une petite erreur pardonne moins qu’en ski. C’est pour ça qu’on peut commencer les cours de ski dès 3 ans, alors qu’on attend 7 ans pour le snowboard », explique Mickaël Maes, moniteur de ski et snowboard à l’ESF de Font-Romeu.

Des débuts plus difficiles… puis une progression plus rapide en snowboard

D’après Pascal Bohard, il faut six heures en moyenne avant d’arriver à enchaîner deux virages en snowboard. « Les deux premières heures sont en effet très délicates en snowboard », confirme Mickaël Maes. « Les apprentis-snowboarders se retrouvent souvent les fesses par terre ! ». En revanche, par la suite, la progression de l'apprentissage est plus rapide qu’en ski. « Il faut en moyenne trois jours pour descendre une piste bleue, contre une semaine en ski. Et à la fin de la semaine, j’arrive plus facilement à emmener un snowboarder qu’un skieur sur une piste rouge ou noire, parce qu’il peut toujours descendre en dérapage, en feuille morte. En ski, pour descendre une pente raide, il maîtriser les virages parallèles, car il est impossible de le faire en chasse neige. En snowboard, même sans une maîtrise énorme, on peut explorer l’ensemble d’un domaine skiable ».

Tout dépend de ce que vous cherchez

Quel que soit l’engin pour lequel vous optez, vous connaîtrez le plaisir de la glisse. « Cela dit, il faut savoir que le snowboard est d’abord conçu pour la neige douce ou poudreuse. Dans de la neige profonde, il est plus abordable que le ski, ce dernier exigeant davantage de technique. En revanche, le ski est plus polyvalent », juge Pascal Bohard. Et Mickaël Maes d’ajouter : « Si vous avez envie de faire de la vitesse, je vous conseille le ski. Mais si vous êtes plutôt attiré(e) par le freestyle, optez pour le snowboard, plus accessible ».

©Actumontagne pour France Montagnes

1 commentaire
25 votes

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et recevez nos newsletters