19.12
2011 En famille

Votre séjour approche et, avec lui, le fameux passage des étoiles, qui déterminent le niveau technique de vos enfants. Comment les préparer à cela ? En en faisant le moins possible… tout simplement ! Explications de Carole Viallet, monitrice de ski à Courchevel.

PUBLICITE

« Le rôle des parents, en matière de ski, est simple » analyse l’experte, ancienne membre de l’équipe de France. « Il s’agit d’en faire le moins possible. L’enfant, lui, ne se met pas la pression, la plupart du temps. Il comprend bien que l’on n’est pas là pour retranscrire le cadre scolaire et son système éducatif. Nous sommes là pour le plaisir. Les enfants sont en vacances, il ne faut surtout pas l’oublier ! » Pour autant, le passage des étoiles est un moment décisif, puisque c’est le degré obtenu qui fera que votre enfant se retrouvera dans le bon groupe au prochain séjour. « Le bon groupe ne veut pas dire le groupe des bons » précise Carole.

« Le bon groupe veut dire le groupe qui correspond au plus juste au niveau technique de votre enfant. Si votre petit est trop faible, par rapport aux autres, il va s’épuiser, ne pas arriver à suivre, perdre confiance en lui, parce qu’il se sentira nul. De plus, très concrètement, il va skier vite, pour essayer de suivre les autres, et du coup, ne pourra pas travailler les mouvements techniques qu’on lui demande d’essayer d’intégrer. » Le passage des étoiles atteste des acquis réalisés par les enfants et permet aux écoles de ski de constituer des groupes homogène. « Se retrouver dans le groupe qui nous correspond le mieux est le meilleur moyen de progresser, or c’est ce qu’il faut rechercher, dans le cadre d’un sport aussi technique que le ski. C’est pourquoi il ne faut pas voir comme une catastrophe le fait que le petit dernier ait manqué sa première étoile. D’autant que les paliers de progression varient énormément en fonction des enfants, et de leur fatigue du moment. Il est inutile, par exemple, de se demander dès le mardi si Louane aura sa deuxième étoile à la fin de la semaine. Les premiers jours peuvent être un peu poussifs, et le déclic se produire le jeudi. »

Souvent, les parents ont tendance à surestimer leur enfant, à mettre la barre trop haut, or il ne doit pas y avoir obligation de résultats, à ski. De la même manière, il ne faut pas vouloir à tout prix emmener ses enfants sur les pistes rouges, par exemple. « Nous travaillons auprès des enfants en essayant de leur donner confiance et les parents, sans s’en rendre compte, effectuent parfois un travail de sape. Ils mettent leur enfant en situation d’échec avec des demandes qui ne sont pas de son niveau. Vouloir tirer son petit vers le haut, c’est tout à fait humain mais le problème c’est que seul un professionnel peut juger correctement du niveau d’exigences. Un enfant qui s’est fait peur sur une piste trop difficile, c’est terrible à « corriger » ensuite ! » Dégagez-vous de l’idée reçue selon laquelle « une semaine, une étoile, séjour suivant, 2e étoile », les étoiles, c’est comme les antibiotiques, c’est pas automatique. « Les progrès varient vraiment beaucoup selon les enfants, ce qui compte, véritablement, c’est de solidifier les acquis, et encore une fois, de s’amuser ! Le ski, c’est la rigolade ! » Conseil de connaisseurs.

Par Free Presse

A voir aussi : la grille des médailles

Famille Plus Montagne
   Découvrir les Station Famille Plus Montagne

   des stations qui s'engagent pour des vacances en famille de qualité !

0 commentaires
2 votes

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et recevez nos newsletters