16.05
2016 Nature et découverte

Les montagnes occupent près de 30% de la France, première destination touristique mondiale. Ce succès, l'Hexagone le doit beaucoup à ses paysages. Et notamment à ceux que dessinent ses territoires d'altitude. Ancrés dans la mémoire collective, ils attirent depuis toujours les visiteurs en quête des beautés de Dame Nature.

PUBLICITE

Glaciers et neiges éternelles

La Mer de Glace, plus long glacier de France (7 km), le glacier de Tête-Rousse, les Dômes de la Vanoise, le glacier Blanc ou encore les glaciers d'Ossue et du Mont-Perdu, dans les Pyrénées, voilà quelques uns des géants de neige et de glace français les plus connus. Sur la photo, sur le tableau ou in situ, ils attirent automatiquement l'oeil avec leur panache blanc. La fascination qu'ils excercent ne date pas d'hier ! C'est en effet à partir du XVIIIe siècle, que le regard sur la montagne, et sur ses glaciers en particulier, jusqu'ici tant redoutés, change. Scientifiques, peintres, poètes et écrivains se bousculent alors à leurs pieds ou sur leurs pentes aux couleurs changeantes et sonores. Victor Hugo, Lamartine ou encore Alexandre Dumas ont écrit des pages magnifiques sur ces colosses qu'ils pensaient indestructibles. Le réchauffement climatique pourrait néanmoins avoir raison de ceux situés au-dessous de 3500 mètres, d'ici à 2100. Raison de plus d'immortaliser le spectacle qu'offrent les plus grands réservoirs d'eau douce de la planète, sentinelles du climat.

La chaîne des Puys

Cônes, dômes ou maars, les 80 sommets formant la chaîne des Puys se suivent, mais ne se ressemblent pas ! Tantôt coniques, tantôt bombés ou bien alors creusés, ils sont une encyclopédie à ciel ouvert pour le contemplatif. Une telle densité de volcans alignés sur une quarantaine de kilomètres est rarissime à l'échelle de la planète. D'où la valeur patrimoniale de ce paysage insolite du Parc des Volcans d'Auvergne, qu'on embrasse dans sa totalité depuis son point culminant, le puy de Dôme (1465 mètres). Grand Sites de France depuis 2008, on accède à ce belvédère du Massif Central à bord d'un train électrique à crémaillère, le Panoramique des Dômes. La grimpée en colimaçon sur les flancs du volcan, laisse découvrir en douceur ces montagnes endormies, nées de la furie des entrailles de la Terre. Eléments incontournables de ce tableau vivant, les bovins et les milliers d'ovins qui se régalent dans les pentes herbeuses des puys.

Lacs et forêts du Jura

Ici point de sommets dentelés ou de neiges éternelles comme dans les Alpes ou les Pyrénées, ni de dômes arrondis comme dans les Vosges voisines. En forme de croissant à cheval sur la France et la Suisse, le relief jurassien est plissé et tourmenté ! Plateaux, combes, failles, gouffres, reculées et corniches modèlent ce territoire aux multiples tableaux : sapinières vert sombre et forêts de feuillus aux multiples essences parsemées de quelque 70 lacs et une multitude d'étangs, gorges aux torrents facécieux, crêtes sommitales recouvertes de pelouses d'altitude, où jaillissent certaines plantes des Alpes, orchidées, lys martagon ou gentiane jaune. Ses points culminants, le Crêt de la Neige (1720 m) ou Le Reculet (1718 m) dans la Réserve naturelle du Haut-Jura, au Sud, ou le mont d'Or (1463 m) dans le Doubs au Nord-Est, sont des promontoires faciles d'accès, prisés des amateurs de paysages. Ils offrent une vue panoramique sur le relief du Jura, le Pays de Gex, Genève, le lac Léman, la chaîne des Alpes et bien sûr, l'omniprésent mont Blanc.

Les Ballons des Vosges

Territoire de moyenne montagne, les Ballons des Vosges, aux fameux sommets arrondis, alternent les milieux naturels riches d'une étonnante biodiversité et d'une grande qualité paysagère : hautes-chaumes, ces landes balayées par le vent, tourbières, hétraies et sapinière, forêts collinéennes, lacs et étangs. Un cours de géographie grandeur nature ! En prenant de la hauteur, le randonneur-spectateur peut scruter ce décor en toute quiétude. Parmi les points de vue les plus appréciés, le Grand Ballon, point culminant du massif des Vosges (1424 m), qui surplombe la plaine d'Alsace et laisse deviner par temps clair, les Alpes suisses. Le Petit Ballon (1272 m) est un autre belvédère privilégié pour la lecture de paysage, puisqu'il dévoile une vue unique sur la ligne de crêtes : Honeck, Klintzkopg, Rainkopf, Gazon du Faing, Ballon d'Alsace ou encore Grand Ballon. Perchée à 1200 mètres d'altitude, la célèbre route touristique des Crêtes, jalonnée de fermes-auberges où les visiteurs dégustent avec gourmandise, munster et tarte aux brimbelles (myrtilles), relie les principaux points de vue de ce massif vert et bleu, loué par Jules Ferry.

Les Préalpes du Nord au Sud

Les Préalpes, ensemble de massifs de moyenne altitude en périphérie des Grandes Alpes, forment un relief à part entière lorsque l'on dresse un panorama des massifs français. Du Nord au Sud, le Chablais, les Bornes, les Bauges, la Chartreuse, le Vercors, le Dévoluy, le Diois ou encore l'Authion, dans le Parc national du Mercantour, forment cet arc externe subalpin, appelé les Préalpes par les géographes. Autant de massifs, autant de paysages différents où promener le regard. Parmi leurs sommets emblématiques, citons le mont Aiguille (2086 m) dans le Vercors, l'une des 7 Merveilles du Dauphiné, bloc calcaire quadrangulaire. Sa photogénie remarquable incita Charles VIII à le gravir en 1492. Une ascension considérée comme l'acte fondateur de l'alpinisme. Autre sommet rocheux emblématique des Préalpes, la Pointe Percée (2750 m), point culminant de la chaîne des Aravis, plus accessible du regard qu'à pied ! Enfin, le mont Ventoux, le "géant de Provence" (1912 m), Graal des cyclistes, est un autre incontournable des Préalpes, côté Sud.  De ce sommet âpre et venté des Baronnies, royaume des cailloux, l'on peut distinguer aussi bien les rizières de camargue, les glaciers des Alpes, que le Massif central.

0 commentaires
4 votes

Réservez vos vacances

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et recevez nos newsletters