08.08
2016 Nature et découverte

Froid, changeant, pluvieux le temps en montagne l'été ? Pas faux ! Mais, il est tout aussi vrai qu'il peut y faire grand beau pendant tout son séjour ou que le mercure peut grimper très fort. Les explications avec Serge Taboulot, directeur du centre météorologique de Grenoble.

 

PUBLICITE

Les Français se passionnent pour la météo, et encore plus à l'heure des vacances ! Jamais, la météo n'a autant conditionné nos choix de destinations touristiques. Nous sommes de plus en plus météo-dépendants. Dans ce contexte, la montagne doit lutter contre de nombreux préjugés qui caractérisent le climat de la montagne en été. Parmi ceux qui reviennent le plus souvent : températures fraîches voire froides, précipitations abondantes, risques de neige, des orages qui grondent plus qu'ailleurs...

Ces constats ne sont pas erronés mais, il faut les relativiser. "Le climat montagnard se distingue des autres climats par sa dimension verticale", rappelle le météorologue Serge Taboulot. "Les pentes et leur orientation très différente au soleil influent fortement le climat en montagne". Le risque de phénomènes instables, comme les averses ou les orages, y est donc accru par rapport à la plaine ou au littoral. "La montagne, c'est le paroxysme du micro-climat", résume le météorologue grenoblois.

Alors, froide la montagne l’été ?

Tout dépend des versants (nord -ubac- ou sud -adret-) et de l'état des sols ! Autrement dit, la règle climatique selon laquelle on perd environ 2° tous les 300 mètres est ici à moduler.

"Prenez un versant sud à 1500 mètres d'altitude et un versant nord à 1000 mètres. Il fera bien meilleur sur le premier, pourtant à une altitude supérieure de 500 mètres". De même, la température sera plus élevée dans un alpage que sous un couvert forestier, même si celui-ci se situe à un étage inférieur. A 2500 mètres, sur un versant exposé au sud et à l'abri des rayons solaires, le mercure peut monter facilement au-dessus de 25°C. De même, l'écart des températures entre la journée et la nuit est plus important en montagne qu'en plaine parce que l'air y est plus sec.

Quid des gelées et de la neige en été ?

"Les gelées blanches au petit matin ne sont pas rares aux mois de juillet et d’août, même à basse altitude. Mais dès les premiers rayons, elles disparaissent". Quant à la neige à cette époque, c'est un grand classique mais en haute-montagne ! "A partir de 2000/2500 mètres, il est très courant que des flocons fassent leur apparition. Dans le massif du Mont-Blanc, il neige même plus souvent l'été que l'hiver en haute altitude, car il fait moins froid". Mais rares sont les stations aménagées au-delà de 2200 mètres d’altitude !

Peut-on dire que les orages y sont plus nombreux qu'ailleurs ?

Indéniablement à cause du relief qui fait barrière aux masses d'air chaud. "En France, il y a en moyenne une vingtaine de jours d'orage par an. En montagne, on est à 40 jours". Mais, heureusement, un orage est un épisode momentané. Dès le retour de la fraîcheur, il se résorbe et c'est le retour du beau temps !

Les modifications climatiques se font-elles sentir l'été ?

Les régions de montagne sont en France celles qui sont le plus impactées par les transformations climatiques. En un siècle, les températures à 1500 mètres ont grimpé d'environ 1,5°C, contre 1°C ailleurs sur le territoire. Actuellement, le climat en vigueur à 1350 est équivalent à celui que l'on avait à 1000 mètres dans les années 60. Il fait donc plus doux en montagne qu'il y a 50 ans. Les scientifiques parlent même d'un relatif phénomène de méditerranéisation du climat nord-alpin. Pour autant, contrairement à la plaine ou au littoral, pas de risque de canicule en montagne, l'écoulement de l'air froid se faisant vers le bas. Et ça, c'est plutôt une bonne nouvelle pour l'attractivité estivale de massifs !

©Actumontagne

0 commentaires
1 vote

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et recevez nos newsletters